haïku

Le haïku m'est tombé dessus ! je me suis prise au jeu ( pas au piège ) !

Ce qui me plaît dans son esprit, c'est l'arrêt sur l'instant , saisir son caractère unique et le restituer dans sa tonalité et sa saveur, très sobrement ,tout comme un instantané, une photo...

voici ce qu'en dit Luc Bordes :

"~~Le haïku, inspiré, pour ce qui me concerne, par la pratique de la méditation zen, est l’expression de la perfection de l’instant : rien à ajouter, surtout pas avec le mental (effets poétiques, adjectifs, superlatifs…) mais il ne faut pas chercher non plus à « faire zen ». Simplement pratiquer zazen et être sensible à ces petits « poèmes », en avoir beaucoup lu, ouvrir la conscience et les laisser apparaître et, parfois, les faire mijoter juste le temps qu'il faut. Si on laisse brûler, jeter ! Sa pratique, son écriture et sa lecture sont en elles-mêmes un exercice spirituel, une expérience qui, au-delà des mots, produit un choc, un éveil de l’esprit. La mise en forme traditionnelle, 5 pieds-7 pieds-5 pieds, est au service de la fugacité et de la spontanéité. "

et

"Les haïkus tels de petits cailloux blancs parsèment le chemin. Qui les Lira ? "

" Car le haïku a pour vertu de faire aimer la nature. C’est un chant dédié, un hymne aux choses simples que la nature nous offre."

Jean Le Goff

~~~~ "Ce qui importe n'est pas tant le nombre de syllabes ou la composition court-long-court, mais le fait que le haïku puisse être lu à haute voix en un seul souffle. J'ai beau les secouer mes manches restent couvertes de neige. Sôseki Le haïku doit se suffire à lui-même. Il ne doit pas être accompagné de longs commentaires ou descriptifs qui faciliteraient sa compréhension." Dominique Chipot

~~"Lorsqu'on est témoin d'une scène ou d'un événement que l'on estime intéressant de traduire en mots, si l'on veut que le lecteur ressente le même intérêt, il importe de ne recourir à aucune ornementation verbale, à aucune exagération, mais de simplement décrire la chose telle qu'on la voit" Shiki (1866-1902) "Il ne doit donc pas y avoir de mots superflus ou inutiles, d'emphases ou de métaphores; Il ne faut employer que peu d'adverbes, d'adjectifs, d'articles, de pronoms personnels ou de verbes; Les jeux de mots sont possibles, sans toutefois en abuser, et les rimes également. Il faut être précis dans la concision, aller droit au but. Le haïku doit être intuitif, à l'état brut, sans artifice intellectuel qui en compliquerait la compréhension. " Dominique Chipot

Rédigé par Anda

Publié dans #haïku

Repost 0